Skip to content
15194

Victor Eonnet (525 – Fondation Arthristis – Amiens Naturellement) 47è Série : « La solitude, c’est dur »

Victor Eonnet a franchi la ligne d’arrivée de la première étape de la 23e édition de la Mini Transat EuroChef en 47ème position chez les Série ce dimanche 10 octobre à 2h32'50" (heure de Paris). Le skipper de Fondation Arthristis - Amiens Naturellement a ainsi mis 12 jours 11 heures 2 minutes et 50 secondes pour boucler les 1 350 milles du parcours entre Les Sables d’Olonne et Santa Cruz de La Palma.

 15208

« Le début a été chaotique. J’ai été hyper malade et j’ai un peu tardé à prendre un médicament contre le mal de mer. Ça a donc été compliqué. Ensuite, on s’est arrêté en Galice et ça m’a fait du bien de recharger les batteries. Je n’étais pas content de faire une escale parce que ça nous faisait arriver plus tard aux Canaries mais j’avoue que ça m’a vraiment fait du bien de pouvoir me reposer. La deuxième partie, franchement, ça s’est super bien passé. Tout ce que j’ai cassé a pété dans les dernières 24 heures, que ce soit ma barre, ma drisse de tête ou encore mon support d’instruments à l’intérieur. Je suis content que ce ne soit pas arrivé avant. Surtout la drisse. L’arrivée a été belle. J’ai pu voir la fumée rouge du volcan. Je suis content de cette première étape même si ça a été dur. Je suis passé par toutes sortes d’émotions. Par moments, je me suis vraiment demandé ce que je faisais là. La solitude, c’est dur. Pendant quasiment 72 heures, je n’ai eu personne à la VFH, du coup la vacation radio à la BLU a été un bonheur. Ça m’a fait du bien d’entendre une petite voix humaine. En fait, j’avais emmené plein d’audio, de films et de séries que je connaissais et je n’ai écouté que ça à la place de la musique car ça me faisait du bien d’écouter des voix de gens (rires). A présent, j’ai hâte de manger un truc et de boire une petite bière. »

Mini
Nous suivre :

New title

New title