Skip to content
14828

Pierre Blanchot (890 – Institut Bergonie), 27ème Série : « Un quart d’heure en enfer dans le noir total »

Pierre Blanchot a franchi la ligne d’arrivée de la première étape de la 23e édition de la Mini Transat EuroChef en 27ème position chez les Série ce samedi 9 octobre à 15h22'583 (heure de Paris). Le skipper de Institut Bergonie a ainsi mis 11 jours 23 heures 22 minutes et 58 secondes pour boucler les 1 350 milles du parcours entre Les Sables d’Olonne et Santa Cruz de La Palma.

 14838

Clairement, c’était trop long. Une escale « chelou », une ambiance bizarre, des coureurs chacun avec leur idée et un classement…C’était une première étape très étrange parce qu’on est tous repartis un peu à l’arrache, chacun de notre côté. Mais sinon, il faut quand même noter que les quatre derniers jours donnent un avant-goût de ce qu’il va se passer après. Et clairement, c’est pas mal. On apprend encore beaucoup sur le bateau. Les longs surfs sous spi pendant des jours et des nuits, c’est cool. Par contre, je suis cramé. J’ai un peu pleuré à l’entrée du port. Il ne faut pas que je regarde mon père parce que sinon ça va recommencer mais c’était cool. Sinon j’ai une histoire. On est parti avec un groupe à l’Est essayer de chercher de l’air au niveau du DST et là j’ai fait un départ à l’abattée dans 25 nœuds sous spi max. J’étais à la bannette. Très rapidement, l’oreille interne te dit qu’il y a un truc qui cloche. Tu es à l’envers. Je ne savais pas si j’avais des nœuds au bout des écoutes des drisses. Et la drisse de spi, la drisse de tête, il ne faut pas la lâcher, surtout à ce niveau-là. Je me suis fait embarquer l’épaule, ça a duré un quart d’heure. Un quart d’heure en enfer dans le noir total. Et pour bien faire, je n’avais pas de frontale sur le casque. Du coup j’étais en train de chercher mes taquets. Je ne comprenais pas où j’étais. Je voyais le truc en tête de mât en train de « flapper » et quand je l’ai relaté à un copain, j’ai d’autres copains qui m’ont appelé pour me réconforter et me dire que c’était bien d’avoir tout ramené à bord sans déchirer le spi parce que je voyais les billets voler, clairement. C’est cool, ça s’est bien terminé mais il ne faut pas vivre de départ à l’abattée, surtout de suite dans 25 nœuds

Mini
Nous suivre :

New title

New title