Skip to content
13125

Muzzolini, Bouroullec ou Le Roy ?

Ce lundi, aux environs de 8 heures, les premiers Proto de la 23e Mini Transat EuroChef ont franchi la porte virtuelle obligatoire mise en place peu avant le départ de cette première étape dans l’éventualité d’une dégradation de la situation sur l’île de La Palma, en raison du volcan Cumbre Vieja entré en éruption le 19 septembre dernier. Le passage de cette ligne, située à 80 milles au nord de l’archipel des Canaries, non loin des îles Selvagens, a provoqué un resserrement entre les leaders Tanguy Bouroullec (969 – Tollec MP/Pogo), Pierre Le Roy (1019 – TeamWork) et Fabio Muzzolini (945 – Tartine sans Beurre). Ce dernier s’est même installé aux commandes de la flotte ce matin. Le match promet d’être passionnant jusqu’au passage de la ligne attendu ce soir, entre 19 et 21 heures !

 2214

Si Tanguy Bouroullec et Pierre Le Roy se sont régulièrement échangé la première place depuis le départ de cette première étape, le 27 septembre dernier, leur course ne se résumera pas à un duel. Fabio Muzzolini, qui pointait à une cinquantaine de milles des deux leaders hier à la mi-journée, s’est, en effet, parfaitement replacé dans le match ces dernières 24 heures. Mieux, il s’est offert le luxe de franchir la fameuse porte virtuelle en tête avec une avance de 30 minutes sur son poursuivant le plus proche. Son décalage dans l’Est de 45 milles sur Tollec MP/Pogo puis de 60 milles sur TeamWork, lui a permis de bénéficier à la fois d’un meilleur angle de progression et de davantage de pression que ces rivaux. Pour preuve, il a tenu des moyennes à deux chiffres toute la nuit quand ses deux concurrents ont cavalé entre 7 et 9 nœuds. Plus intéressant encore, il n’a pas été contraint d’effectuer un empannage contrairement au Lillois qui a perdu gros ces dernières heures. Pour preuve, le voilà maintenant relégué en troisième position à 15 milles du leader, après avoir un temps mené les débats avec 45 milles d’avance à la suite d’un joli coup tactique au cap Finisterre. Alors à qui la victoire dans ce premier acte à Santa Cruz ? Pour le savoir, il va falloir patienter jusqu’à ce soir. En attendant, le suspense reste entier !

Un vent en « gruyère » pour le gros du peloton

Chez le reste des Proto tout comme chez les bateaux de Série, le match se poursuit. La Russe Irina Gracheva (800 – Path) est attendue dans la nuit ou demain aux premières lueurs du jour aux Canaries. Elle reste ainsi parfaitement placée pour atteindre son objectif de terminer dans le Top 5 en Guadeloupe, à l’issue de la deuxième étape. Ce sera naturellement nettement plus compliqué pour tous les autres qui évoluent, ce lundi, à plus de 700 milles de la tête de flotte et qui seront, en prime, moins rapides que les leaders sur cette portion du parcours entre le Portugal et La Palma, faute d’alizés bien établis. Outre Melwin Fink (920 – SignForCom) puis Christian Kargl (980 – All Hands on Deck), les deux leaders en Série, qui vont filer bon train jusqu’aux Canaries, les autres vont, en effet, devoir composer avec un vent assez irrégulier toute la journée, et ainsi afficher de vitesses en dents de scie, comme cela est déjà le cas. En cause, le passage d’une dorsale qui génère un vent peu homogène au large des côtes portugaises. Les vitesses des Ministes sur zone oscillent donc entre 5 et 11 nœuds, avec un avantage assez net pour les bateaux positionnés les plus au large. Ils bénéficient d’un peu plus de pression que leurs adversaires plus proches de la terre, sachant que le peloton s’étale sur près de 90 milles en latéral.

Des nouvelles de Georges Kick

Georges Kick, le doyen de la course dont le bateau s’est trouvé drossé à la côte dans la nuit de samedi à dimanche, à l’entrée du port de Ribadeo, lors du passage d’un front très actif avec des rafales à 50 nœuds, a indiqué à la Direction de course son intention de gruter son bateau puis de le remorquer par la route jusqu’à La Rochelle.

Mini
Nous suivre :

New title

New title