Skip to content
13547

Melwin Fink poursuit son échappée belle

Ce mercredi, l’ensemble de la flotte de la 23e Mini Transat EuroChef compose avec un flux de nord-est très instable, à la fois en force et en direction. Les 84 concurrents toujours en mer doivent donc non seulement optimiser leurs choix de voiles mais aussi et surtout réussir à être bien en phase avec le vent. A ce petit jeu, Melwin Fink (920 – SignForCom) se montre particulièrement à l’aise et réalise, depuis hier, une trajectoire quasi parfaite. Pour preuve, il a porté son avance sur l’Autrichien Christian Kargl (980 – All Hands on Deck) à 140 milles, et celle sur le peloton à plus de 220 milles. Sauf avarie, le jeune navigateur allemand file donc tout droit vers la victoire à Santa Cruz de La Palma où il est attendu demain, entre 10 heures et 12 heures.

 11887

Bonne nouvelle : les fichiers météo du jour ont évolué par rapport à ceux d’hier, et les marins de la Mini Transat EuroChef devraient bénéficier de plus de pression que prévu sur la route des Canaries. Les routages, qui laissaient entrevoir une arrivée jeudi soir pour le leader en bateaux de Série, laissent ainsi à présent envisager un passage de ligne demain en de fin matinée pour le skipper allemand. Ses adversaires, eux, sont désormais attendus à partir de vendredi matin, avec des arrivées en grappes jusqu’à lundi soir. En détail, Christian Kargl devrait se présenter sur la ligne entre 5 heures et 10 heures le 8 octobre. Les suivants, Hugo Dhallenne (979 – YC Saint Lunaire) et Julie Simon (963 – Dynamips) entre 11h30 et 15h30. Le petit groupe plus en arrière, constitué de Loïc Moisand (955 – Stratos), José Linares (860 – Vamos Vamos), Gauthier Verdon (879 – TGS France), Thomas Grandin (138 – Poch’trot), Rémi Lamouret (880 – Gironde au Large), Pierre Meilhat 485 – Le Goût de la Vie), Nicolas Guibal (758 – Les œuvres de Pen Bron) et Francesco Renella (446 – Koati) devrait, lui, en finir dans la soirée de dimanche. Les derniers concurrents, parmi lesquels Camille Bertel (900 – Cap Ingelec), Pilar Pasanau (240 Gemese – Peter Punk), Marc-Eric Siewert (614 – Absolute Sailing Team) et Benjamin Costa (796 – Mini Malist), devraient, pour leur part, boucler les 1 350 milles du parcours dans la journée de lundi.

Bien en phase

En attendant, la concentration est de mise car le vent de nord-est qui accompagne la flotte souffle entre 12 et 20 nœuds, avec parfois d’importantes bascules. Dans ce contexte, il faut donc réussir à adapter au mieux son plan de voilure, à soigner au mieux ses réglages puis à déclencher ses empannages aux moments les plus opportuns. Melwin Fink, qui a débordé la latitude de l’archipel de Madère en milieu de nuit dernière, semble maîtriser impeccablement sa trajectoire. Le navigateur âgé de 19 ans, qui a fait ses armes en voile légère avant d’engranger de nombreux milles au large sur le bateau familial – notamment en mer Baltique -, est parfaitement dans le bon tempo. Ces dernières heures, cela lui a notamment permis de creuser l’écart avec son dauphin, l’Autrichien Christian Kargl, et ainsi de porter son avance à 139 milles ce mercredi à la mi-journée, contre 103 milles hier au même moment.

Victor d’Ersu (985 – Babouchka) contraint à l’abandon

Derrière, Hugo Dhallenne cravache fort lui aussi. Ces dernières 12 heures, il a repris l’avantage sur Julie Simon grâce à un décalage d’une cinquantaine de milles plus à l’Est que sa concurrente. Sa position lui permet de profiter de davantage de pression. Il est d’ailleurs actuellement le plus rapide de la flotte avec une vitesse moyenne de 11,6 nœuds. Pour lui, comme pour les autres, l’enjeu est naturellement de réussir à réduire au maximum l’écart avec le leader et de rester le mieux placé possible avant la deuxième étape. Un deuxième acte auquel Victor d’Ersu (985 – Babouchka) ne participera malheureusement pas. Le Malouin, entré en collision avec un bateau de pêche lundi matin au large des côtes portugaises, a réalisé un état des lieux complet de sa monture ce matin après avoir rejoint le port de Cascais. Les nombreux dégâts structurels constatés l’ont contraint à signifier à la Direction de course son abandon officiel dans cette 23e Mini Transat EuroChef.

Mini
Nous suivre :

New title

New title