Skip to content
15769

Camille Bertel (900 – Cap Ingelec ) est arrivée à Santa Cruz de La Palma : « Cette étape m’a poussée à bout mentalement »

« J’ai perdu mon pilote automatique très tôt à cause d’un problème de calculateur. Ça a été un peu dur d’aller jusqu’au bout ensuite, mais je suis contente de l’avoir fait. D’avoir réussi à tenir, même si j’ai pleuré plus d’une fois sur le bateau. Ça fait évidemment très plaisir d’être là aujourd’hui. Le premier front, dans le golfe de Gascogne, a été un peu dur. J’en ai pris un deuxième au passage du DST du cap Finisterre qui a été assez violent et qui a généré d’autres casses. Il a fallu réussir à gérer ça sans pilote pour tout réparer. J’ai aussi pris pas mal l’eau à cause de soucis d’ogives de foil. Je devais avoir 100 litres qui rentraient dans le bateau toutes les 24 heures. J’ai donc dû régulièrement arrêter le bateau pour me mettre à la cape pour écoper sinon, dans les surfs, ça ne partait pas. Le bateau plantait et il faisait sous-marin. J’ai réussi à trouver un mode de fonctionnement malgré tout en faisant de petites siestes de 10 minutes dans les moments où je pouvais lâcher la barre, notamment quand j’abattais un peu plus et que le bateau se calait dans ses lignes. Sous certaines voiles, comme le spi médium par exemple, je n’arrivais pas à équilibrer le bateau. Je devais donc tout affaler, me mettre à la cape, dormir un peu pour essayer de récupérer. Ça a été un peu éprouvant. Ça m’a vraiment poussée à bout mentalement. Physiquement aussi, mais mentalement surtout. Ce n’était pas facile. J’avoue que ce matin, j’étais à deux doigts d’appeler le comité pour dire que j’abandonnais parce que j’en pouvais vraiment plus. A présent, c’est clair que d’être arrivée, ça ne fait trop plaisir et ça me prouve à moi-même que je suis capable de le faire. Ça fait du bien. Ce n’est pas la première étape à laquelle je m’attendais mais je suis bien contente de l’avoir faite. »

 15770
Mini
Nous suivre :

New title

New title