Skip to content
14976

Basile Bourgnon (975- Edenred), 38ème Série : « Arriver, c’est la première victoire »

Basile Bourgnon a franchi la ligne d’arrivée de la première étape de la 23e édition de la Mini Transat EuroChef en 38ème position chez les Série ce samedi 9 octobre à 18h28'50" (heure de Paris). Le skipper de Edenred a ainsi mis 12 jours 2 heures 58 minutes et 50 secondes pour boucler les 1 350 milles du parcours entre Les Sables d’Olonne et Santa Cruz de La Palma.

 15025

On a eu deux étapes en une ! La première était sympa. C’était la vraie course, le vrai départ, la vraie gestion, la vraie routine qui commençait à se mettre en place. Ce n’était pas facile parce qu’il y avait beaucoup de vents changeants : du vent fort et surtout du vent faible. J’ai été en tête plusieurs fois pendant un moment mais l’arrêt à Baiona a cassé tout ce rythme que j’avais construit en début de course. Après l’émission du BMS, si ça n’avait tenu qu’à moi, j’y serais allé parce que je savais qu’aux avant-postes, ça aurait pu le faire. Mais on a pris une décision collective en se disant que si on s’arrêtait tous ensemble, on protégeait aussi ceux qui étaient derrière en ne les incitant pas à venir avec nous dans le front. Ça aurait été plus dangereux pour eux. Du coup, on s’est arrêté un peu pour le monde. Ça a rebattu les cartes. Pour moi ça n’a pas été une bonne opération. D’autres s’en sont bien tirés. C’est clair que tout le mal que l’on s’était donné pour creuser les écarts n’a servi à rien. Ça m’a un peu démoralisé surtout qu’après, ma barre de flèche s’est cassée en deux. Je me suis dérouté vers Cascais mais heureusement, Loïc m’a remonté le moral et j’ai réussi à réparer et à arriver à La Palma pour la deuxième étape. Je n’aime pas l’abandon, surtout avec un projet comme ça. A tête reposée, quand tu vas faire une sieste et que tu te dis que ça fait longtemps que tu bosses sur le projet, tu ne peux pas abandonner pour un petit truc que tu peux réparer en mer facilement même si c’est foutu niveau résultat. Je me suis dit que j’allais bricoler quelque chose et ne pas tirer sur le bateau. L’avantage du Maxi, c’est qu’il est rapide par rapport aux vieux bateaux, mais ce n’est pas la place à laquelle j’aurais voulu être.

 

Mini
Nous suivre :

New title

New title