Skip to content
15438

Ignasi Tico Artelejo (654 – TUR TUR), 56ème Série : « Ça a été tellement dur d’arriver jusqu’ici »

 15444

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Je suis vraiment trop content d’arriver à La Palma. Ça avait déjà été difficile d’être au départ. Et ça a été tellement dur d’arriver jusqu’ici. La première nuit a été très compliquée à cause du front. Trop dure pour moi. J’avais déjà navigué dans ce genre de conditions, mais pas sur un Mini. Et après un mois sans naviguer, j’ai mis deux jours, deux jours et demi avant de me sentir bien physiquement. Ensuite, je suis rentré dans le port de Murcia avec deux ris dans la grand voile et trinquette pour m’abriter. Il y avait 30 nœuds, c’était très compliqué. Puis j’ai mouillé l’ancre mais elle n’a pas tenue et j’ai atterri dans les rochers. Des locaux sont venus à mon secours. Heureusement, le bateau est ok, la cloison aussi et il est possible de réparer. Par contre, je suis un peu malade depuis qu’on est repartis après l’escale. J’ai une amygdalite et de la fièvre. J’ai eu vraiment besoin de dormir longtemps. Mais c’était difficile dans ce bateau car ça bougeait beaucoup. Chaque chose m’épuisait : hisser la voile, envoyer le spi, l’affaler…Et à un moment, on a échangé par VHF avec quelques amis. J’ai appris qu’il y avait eu des attaques d’orques quelques miles devant moi. Ça m’a beaucoup stressé, en plus du reste. Pour moi, la Mini est une course, bien sûr, mais c’est aussi un challenge, une aventure. Maintenant, j’ai besoin de quelques jours pour récupérer et réparer mon bateau.

Mini
Follow us!

New title

New title