Pep Costa, 8ème Proto au Marin : « Cette Mini-Transat a été super formatrice, c'est une super opportunité pour la suite »

19 11

12:30

whatsapp_image_2019-11-19_at_12.18.26.jpeg
 

Pep Costa, 8ème proto, a franchi la ligne d'arrivée de la deuxième étape de la Mini-Transat La Boulangère ce mardi 19 novembre à 12h 24 min 53 secondes (heure de métropole) au Marin. Son temps de course est de 16 jours, 20 heures, 51 minutes et 53 secondes. Son temps de course cumulé sur les deux étapes est de 26 jours, 16 heures, 27 minutes et 16 secondes.

Voir la vidéo d'arrivée au Marin de Pep

« Cette Mini-Transat a été super formatrice, c'est une super opportunité pour la suite »

A 20 ans, Josep Costa sait déjà ce qu'il veut : faire carrière dans la course au large. Pour atteindre son objectif, il tient à faire les choses dans l'ordre d'où sa participation à la Mini-Transat La Boulangère qu'il considère comme l'école de la course au large. En arrivant en Martinique, l'Espagnol a déjà rempli une part du contrat et appris - dit-il - énormément sur cette première transatlantique en solitaire. Si son objectif premier était de simplement boucler cette course, ce jeune homme sympathique et à la tête bien faîte ne s'imaginait pas accrocher une 8ème place au Marin sur cette seconde étape. Des étoiles pleins les yeux, c'est donc un Pep Costa fier et tout sourire qui a franchi la ligne du Marin ce midi sur son vieux Proto en attendant de vivre, on lui souhaite, d'autres grandes et belles aventures !

« C'est une grande émotion d'arriver au Marin. J'ai rêvé de ce moment depuis beaucoup de mois déjà et arriver ici c'est l'aboutissement de beaucoup de travail. Donc c'est génial, c'est une sensation superbe, indescriptible je crois. Je suis super content. » 

« Cette Mini-Transat a été super formatrice. Mon objectif c'est de pouvoir continuer. Le fait d'avoir fait cette course à mon âge est, je pense une super opportunité pour la suite. Je pense que c'est un super tremplin et j'espère pouvoir continuer et donner le meilleur de moi-même tout le temps. La première chose que je retiens c'est que l'océan Atlantique est très grand (rires). J'ai appris à gérer la solitude, à gérer les problèmes et à gérer mes émotions tout seul. J'ai appris à la fois à tirer sur le bateau mais aussi à savoir être raisonnable quand c'est nécessaire. J'ai appris un tas de choses, surtout sur moi-même, sur mon comportement et sur ce que je dois faire ou pas. J'ai eu beaucoup de temps pour penser, pour réfléchir et pour savoir où je veux aller. Donc c'est ça le plus important. »

« Si on m'avait dit il y a quelques mois que j'e finirais ici 8ème Proto, j'aurais dit que c'est impossible. Mon objectif principal était de finir, de faire la course la plus propre possible et de donner le maximum de moi-même. Finir à cette place c'était inimaginable pour moi donc je suis extrêmement content. Faire ça avec un vieux bateau, une petite équipe mais avec beaucoup d'envie c'est quelque chose de super fort et qui va me rendre plus fort pour l'avenir. »