Nicolas Tobo, 20ème Proto au Marin : « Je n’avais jamais traversé l’Atlantique, même en avion ! »

21 11

16:30

whatsapp_image_2019-11-21_at_11.33.46.jpeg
 

Nicolas Tobo, 20ème Proto, a franchi la ligne d'arrivée de la deuxième étape de la Mini-Transat La Boulangère ce jeudi 21 novembre à 16h 28 min 36 secondes (heure de métropole) au Marin. Son temps de course est de 19 jours, 00 heure, 55 minutes et 36 secondes. Son temps de course cumulé sur les deux étapes est de 31 jours, 03 heures, 46 minutes et 57 secondes.

Voir la vidéo d'arrivée au Marin de Nicolas

« Je n’avais jamais traversé l’Atlantique, même en avion ! »

Ingénieur en informatique et moniteur de voile, Nicolas a pris une année sabbatique pour préparer la Mini-Transat La Boulangère, à bord du proto 392, l’un des plus vieux bateaux de la flotte (mis à l’eau en 2002). Pour Nicolas, la deuxième étape s’est rapidement transformée en aventure pour cause de soucis techniques. Mais il est arrivé au bout, et cela suffit amplement à son bonheur.

« Je n’ai pas trop fait la course car au bout de quatre jours ma quille s’est mise à bouger d’avant en arrière et cela s’est amplifié avec le temps. J’ai aussi cassé l’attache du bout-dehors la troisième nuit. J’ai passé 12 jours sans spi avec potentiellement l’étai qui pouvait lâcher. »

« D’ailleurs j’ai failli démâter le même matin qu’Irina (Gracheva) et Julien (Berthélémé) qui ont eu moins de chance que moi. La pièce en inox a coupé la fixation textile de l’étai et il a éclaté dans 45 nœuds. C’est le foc qui a tenu pendant 15 minutes le mât qui était à moitié tombé en arrière. Les grains étaient très durs et j’ai eu du vent quasiment toute la course. Jusqu’à il y a quatre jours j’avais 25-28 nœuds en permanence, c’est pour ça que je n’ai pas trop traîné sans spi.​​​ »

« La course a été dure, pas de tout repos. Mais c’est une sacrée expérience. Je n’avais jamais traversé l’Atlantique, même en avion ! La première c’est donc en solitaire sur un bateau de 6,50 mètres, ça me va. »