Lauris Noslier, 10ème en Série au Marin : "Une aventure contre moi-même"

18 11

10:45

psx_20191118_060044.jpg
 

Lauris Noslier, dixième série, a franchi la ligne d'arrivée de la deuxième étape de la Mini-Transat La Boulangère ce lundi 18 novembre à 10h 41 min 12 secondes (heure de métropole) au Marin. Son temps de course est de 15 jours, 19 heures, 08 minutes et 12 secondes. Son temps de course cumulé sur les deux étapes est de 24 jours, 18 heures, 41 minutes et 48 secondes.

Voir la vidéo d'arrivée au Marin de Lauris

Lauris Noslier a dû s’armer de patience pour boucler la Mini-Transat La Boulangère dans les tous petits airs. Arrivé 6e de la première étape entre La Rochelle et Las Palmas, ce marin de 28 ans, ex rugbyman, pouvait légitimement prétendre à une place dans le Top 5 au classement général. Malheureusement, sa deuxième étape a été émaillée de galères techniques, dont la perte pénalisante de son grand spi. Lauris termine malgré tout à une place très honorable et pour finir en beauté, il s’est offert une superbe arrivée au lever du jour. 

« L’arrivée aux premières lueurs du jour, c’est top ! On prépare ces projets pour vivre ces moments-là. Il était temps que ça se termine car les 48 dernières heures ont été un peu dures. Il n’y avait pas de vent au large, je ne sais pas comment je suis arrivé jusqu’ici.

En passant la ligne d’arrivée, j’ai senti du soulagement, du plaisir et aussi un peu de frustration car tout ne s’est pas déroulé comme je l’imaginais. J’ai eu pas mal de galères techniques la première semaine. Rapidement le bateau a montré des signes de faiblesse. Au début de la deuxième semaine j’ai perdu mon grand spi sur une erreur de débutant. Sans cette voile j’ai été très pénalisé, le bateau allait 10 % moins vite donc je perdais 20 milles sur la concurrence chaque jour. Psychologiquement ça a été vraiment difficile de tenir. A un moment j’ai arrêté d’écouter le classement car ça me tapait sur le système. J’étais parti pour faire la course avec des copains et je me suis retrouvé à vivre une aventure contre moi-même.

J’avais d’autres aspirations pour cette course. Mais quand je vois les concurrents qui me précèdent je n’ai pas à rougir non plus. Maintenant je suis là et je vais pouvoir profiter des amis et de la famille. »