Jean-René Guilloux, 38ème Série au Marin : "On ne peut pas être déçu quand on finit une Mini-Transat ! »

20 11

13:45

jr4.jpeg
 

Jean-René Guilloux, 38ème Série, a franchi la ligne d'arrivée de la deuxième étape de la Mini-Transat La Boulangère ce mercredi 20 novembre à 12h 54 min 54 secondes (heure de métropole) au Marin. Son temps de course est de 17 jours, 21 heures, 21 minutes et 54 secondes. Son temps de course cumulé sur les deux étapes est de 27 jours, 12 heures, 56 minutes et 56 secondes.

Voir la vidéo d'arrivée au Marin de Jean-René

« On ne peut pas être déçu quand on finit une Mini-Transat ! »

Jean-René Guilloux a longtemps navigué au plus haut niveau en régate, avec notamment dix participations au Tour de France à la Voile. « J'ai ensuite décidé de m'épanouir professionnellement dans la gestion de patrimoine. Mais je souhaite retrouver les sensations exceptionnelles que procure la compétition à la voile », expliquait-il avant le départ. Avec la Mini-Transat La Boulangère, il n'a pas été déçu, même si l'expérience n'a pas été simple.

« C'était une étape très difficile avec assez vite des problèmes techniques qui m'ont rapidement fait sortir du jeu car il fallait que je trouve des endroits avec moins de vent pour essayer de réparer. Ca m'a pris pas mal de temps, j'ai eu des gros pépins de barre. Après j'ai perdu confiance dans le bateau, chaque petit bruit m'inquiétait. L'objectif est alors devenu de finir absolument. »

« J'ai dû aller chercher au fond de moi les ressources car il faut se débrouiller tout seul au milieu de l'océan. J'essayais de me rattraper au classement tout en préservant le bateau. J'ai ressenti très peu de plaisir, à part les deux derniers jours. Mais c'était un voyage intérieur puissant. »

« J'ai la chance d'avoir des gens qui m'accompagnent depuis le début du projet, ma famille, mes amis, mes collègues, mes sponsors. Tous ou presque sont venus m'accueillir, ça fait chaud au cœur. J'ai amené le bateau et le bonhomme en entier ici. Je vais digérer le côté sportif rapidement et repartir de plus belle. On ne peut pas être déçu quand on finit une Mini-Transat ! »