Dilemmes de Ministes

09 11

09:15

ma.jpg
 

Après quasiment une semaine de course, le matériel et les marins souffrent dans cette deuxième étape de la Mini-Transat La Boulangère exigeante. Les petites galères techniques sont nombreuses mais pour le moment, les 82 coureurs s’étant élancés samedi dernier de Las Palmas de Gran Canaria restent en course. Matteo Sericano espère repartir aujourd’hui de Mindelo (Cap-Vert) où il a pu réparer son safran endommagé. Derrière François Jambou (proto) et Ambrogio Beccaria (série) qui semblent toujours intouchables, de beaux matchs se mettent en place pour les places restantes sur le podium (pour la deuxième étape et pour le classement général). A plus de 1000 milles de l’arrivée au Marin (Martinique), les leaders ne sont toutefois pas à l’abri d’un retournement de situation.

Grosses bagarres derrière Jambou et Beccaria
Les jours se suivent et se ressemblent pour François Jambou (865) et Ambrogio Beccaria (843) qui ont réalisé une première semaine de course remarquable. Ce matin (pointage de 9h), ils disposent respectivement d’une avance de 82 et 50 milles sur leur premier poursuivant. En proto, Axel Tréhin (945) est solidement installé à la 2e place. Mais derrière lui, Tanguy Bouroullec (969) voit revenir fort Erwan Le Méné (800). En série, dans le tableau arrière d’Ambrogio cinq coureurs luttent pour les 2e et 3e places : Benjamin Ferré (902), Nicolas d’Estais (905), Pierre Le Roy (925), Félix de Navacelle (916) et Lauris Noslier (893). Pour tous, il faut trouver le bon dosage entre attaquer pour conserver son positionnement, et se reposer pour garder des forces jusqu’en Martinique…
 

Gérer les soucis techniques en mer ou faire escale ?
Les marins subissant des déboires matériels font face à des dilemmes : Les réparations sont-elles possibles en mer ? Faut-il plutôt faire escale, quitte à perdre beaucoup de temps ? Depuis le départ de Las Palmas de Gran Canaria, quatre concurrents ont fait escale : Amélie Grassi (944), Marie Gendron (930), Jean Lorre (570) et le dernier en date Matteo Sericano (888), qui est arrivé hier à Mindelo, au Cap-Vert. Le skipper italien a annoncé à la direction de course qu’il pense repartir aujourd’hui, sa réparation sur le safran endommagé ayant été effectuée.

Marco Buonanni (769), qui avait également l’intention de faire escale à Mindelo, s’est finalement ravisé car il estime pouvoir boucler le parcours jusqu’au Marin avec un seul safran opérationnel. Bastian Oger (740) a lui aussi des problèmes de safran mais poursuit sa route. Deux marins ont envoyé à la direction de course, avec leur tracker, le message « technical problem, I'm OK ». Cela signifie qu’ils sont à bord et en bonne en santé. Il s’agit de Joe Lacey (963) et de Marie-Amélie Lénaerts (833). Deux bateaux accompagnateurs font actuellement route pour les rejoindre et avoir davantage d’informations. A noter la belle solidarité de Frédéric Bach (533) qui n’hésite pas à mettre sa course entre parenthèses pour naviguer aux côtés de Marie-Amélie en attendant l’arrivée du bateau accompagnateur.

Messages de papas

En discutant avec des coureurs avec la VHF, le bateau accompagnateur Yemanja a eu deux requêtes. Julien Berthélémé (742) veut souhaiter depuis le large un bon anniversaire à sa fille Léonie, 5 ans. Idem pour Jean-René Guilloux (915), qui souhaite un bel anniversaire à sa fille Eglantine, 8 ans.