NACOU Dorel

45 ans

Roumanie

Marseille

En couple, 1 enfant

Charpentier de Marine

http://www.dorel-nacou.com Voir les médias du skipper
dorel_nacou.jpg

Des Carpates à la Transat

Jusqu’à l’âge de 20 ans, Dorel Nacou vivait dans un petit village des Carpates, au fin fond de la Roumanie jusqu’à ce qu’il décide de s’exiler et de rentrer clandestinement en France. Arrivé à Marseille caché dans un train de marchandise, il a surtout pris de plein fouet l’image de ce balcon sur la Méditerranée, l’horizon à parte de vue… Dès lors, sa vocation était tracée, il fallait qu’un jour il devienne marin. Grâce à la générosité d’une famille d’accueil, Dorel a pu apprendre le métier de charpentier de marine, régulariser sa situation et découvrir enfin le plaisir infini d’être en mer. Son expertise dans la construction navale, l’envie de se dépasser, le goût des paris réussis ne pouvaient que l’attirer vers la course au large la plus atypique, la Mini-Transat. Au contact du navigateur marseillais Jean-Paul Mouren, à la fois grand marin et profond humaniste, Dorel va parfaire sa culture maritime et finir par jeter son dévolu sur un plan d’Olivier Bouvet, l’architecte du monocoque avec lequel Titouan Lamazou remporta le premier Vendée Globe. Bien évidemment, Dorel Nacou aura dû vaincre nombre d’obstacles pour être au départ : sans moyens financiers, sans réseau sur lequel s’appuyer il a dû monter son projet tout seul, contre vents et marées. Mais quand à 17 ans, on chassait l’ours pour protéger les bêtes de la ferme familiale, qu’à 20 ans on traversait l’Europe en passager clandestin, partir sur l’Atlantique en solitaire paraitrait presque une sinécure…