J
Douarnenez
Lanzarote
Pointe-à-Pitre

Actualités

Sada - Pointe-à-Pitre d'une seule traite

From Sada to Pointe-a-Pitre in one hit

Le 5 novembre 2013 - 13:02

C’est parti ! Après avoir étudié toutes les solutions qui s’offraient à eux, les organisateurs de la Mini Transat, en concertation avec les coureurs, ont finalement décidé que l’édition 2013 se courrait en une seule étape, de Sada jusqu’à Pointe à Pitre. Départ prévu, le 12 novembre.

Il fallait trancher, briser ce sentiment d’incertitude qui commençait à peser dans les esprits. Et les organisateurs de la Mini Transat l’ont fait, une fois de plus de manière non conventionnelle, en choisissant une solution originale : rallier directement Pointe à Pitre en supprimant l’escale de Lanzarote.

La porte de Puerto Calero

Le choix répond à plusieurs contraintes : pour rallier Sada depuis Gijón, il faut compter plus de 160 milles, soit de 24 à 36 heures, dans des conditions qui ne seront pas forcément très faciles : vents d’ouest dominants, résidu de forte houle, navigation côtière demandant une vigilance accrue. Les coureurs ont donc, lors des premiers briefings à Gijón, demandé à ce qu’une escale d’au moins 48 heures soit respectée après l’arrivée du dernier concurrent dans le port galicien. En ajoutant à ce nouveau retard un temps d’escale à Lanzarote, la Mini Transat désorganisait fortement l’escale canarienne ainsi que l’arrivée en Guadeloupe.

Le choix de la route directe permet de rattraper une partie du retard, pris du fait du mauvais temps. La flotte passera néanmoins une porte à proximité de Lanzarote qui permettra d’établir un classement intermédiaire avant la traversée de l’Atlantique. Par ailleurs, les concurrents qui le désirent pourront faire une escale express à Puerto Calero pour éventuellement réparer avant la traversée. Au final, si cette étape devient la plus longue en distance de l’histoire de la Mini Transat (3600 milles environ contre 3100 milles de Madère à Salvador de Bahia), elle pourrait être plus courte en temps, car elle évite la traversée du Pot au noir. L’arrivée des premiers pourrait se fêter aux alentours du 1er décembre.

Questions de logistique

A l’origine, la direction de course souhaitait pouvoir donner le départ dès le 11 novembre. Mais il reste un certain nombre de questions logistiques à régler. Tout d’abord, nombre de concurrents avaient fait envoyer des affaires en prévision de la deuxième étape à Lanzarote, il faut donc les rapatrier sur Sada. Ordinateurs, avitaillement et notamment nourriture lyophilisée, vêtements de mer adaptés à la navigation dans les tropiques, tout ce petit matériel devrait revenir au plus vite dans le port galicien. La logistique est en train de se mettre en place, mais pour garantir aux coureurs qu’ils puissent récupérer leur matériel, le départ est donc décalé au 12 novembre. Dès cet après-midi, les premiers solitaires entameront le convoyage vers Sada. Certains ont d’ores et déjà choisi d’attendre demain où les vents devraient mollir pour entamer la transhumance. D’ici quelques jours, toute la famille Mini sera réunie et sur le pied de guerre pour une étape historique. Décidément, cette course n’est pas comme les autres.

 

They're off! After reviewing all the options open to them, the organisers of the Mini Transat , in consultation with the competitors, have finally decided that the 2013 edition of the race will be run as a single leg, from Sada to Pointe-a-Pitre. The start is scheduled for November 12.
 
The decision is made, and it break the feeling of uncertainty that had began to weigh on everyone's minds. And once again the organisers of the Mini Transat have, in an unconventional way, choosen an original solution : to go directly to Pointe a Pitre, removing the Lanzarote stopover.
 
The way to Puerto Calero
This choice responds to several constraints regarding the rally from Sada to Gijón, it is a trip of more than 160 miles, or 24 to 36 hours, in conditions that may not necessarily be very easy : the prevailing westerly winds, residual high waves residue, coastal navigation requiring vigilance. In the first of the briefings in Gijon, the competitors requested that a stop of at least 48 hours be observed after the arrival of the last competitor in the Galician port. In adding this new delay the time available for the turnaround time in Lanzarote is compromised, which has the knock on effect of also compromising the arrival date in Guadeloupe.
 
The choice of the direct route can catch some of the delay caused by the bad weather. However, the fleet will race through a gate near Lanzarote that will establish an intermediate classification before crossing the Atlantic. In addition, competitors who wish may make an express stop at Puerto Calero if they wish to make repairs before undertaking the crossing. Finally, although this leg with be the longest distance in the history of the Mini Transat (about 3,600 miles as opposed to 3,1000 for Madeira to Salvador de Bahia), it could  well be shorter in time, because it avoids crossing through the Doldrums. The arrival of the first boats could be celebrated around the 1st of December.
 
Logistical issues
Originally, the Race Director wanted to be able to start on November 11. But there are a number of logistical issues to resolve. Firstly, many competitors had sent equipment to Lanzarote in anticipation of the stopover there and it is necessary to repatriate that equpment to Sada. Computers, stores and especially freeze-dried food, clothing suitable for sailing in the tropics, all these need to be returned quickly to the Galician port. Logistics are being put in place, but to ensure that everyone can recover their equipment the start is moved to November 12. As of this afternoon, the first soloists begin passaging to Sada. Some have already decided to wait until tomorrow when the wind should begin to drop. Within days, the entire Mini family will be reunited and on a war footing to take a historic step. Certainly, this race is unlike any other!
PFB