Le haut du toboggan

04 10

09:00

Vive le vent… Comme dans la chanson, les Ministes saluent le retour d’un souffle puissant et son cortège de montées d’adrénaline, de départs au surf, d’avaries parfois. Trois concurrents font partie des premières victimes de cette montée en puissance d’Eole : Frédéric Guérin et Julien Mizrachi ont démâté, quand Pierre Chedeville a informé un bateau accompagnateur qu’il était en black-out d’énergie.

Suite à l’annonce de Julien Mizrachi (UNAPEI), un des bateaux accompagnateurs s’est dérouté sur zone pour l’assister au besoin. Frédéric Guérin (les-amis.fun) n’a pas souhaité demander d’assistance. Il se déroute vers La Corogne sous gréement de fortune et avisera sur place de ce qu’il peut faire. Pierre Chedeville (Blue Orange Game – Fair Retails) devrait lui aussi se dérouter vers le port espagnol. C’est sans aucun doute une véritable déception pour celui qui était régulièrement présenté comme un candidat au podium.

Coup de pied aux fesses

Cette brusque accélération du vent a propulsé en tête de flotte les costauds. Ian Lipinski (Griffon.fr) n’a pas laissé passer l’occasion de rappeler qui était le patron.  A l’exception d’Erwan Le Mené (Rousseau Clôtures), pointé à 6 milles – mais une demi-heure plus tôt que le reste de la flotte – tous les autres solitaires n’ont pu que constater la supériorité manifeste du favori. Romain Bolzinger (Spicee.com), troisième pointe à 18 milles. En queue de flotte, Marcel Schwager (h-artvision.ch) ou Dorel Nacou (Ix-blue Vamonos) sont maintenant relégués à 80 milles du leader.

En série, les gros bras pointent le bout de leur étrave. Un quatrième invité s’invite dans la ronde du trio de tête Rémi Aubrun (Alternative Sailing – Constructions du Belon), Erwan Le Draoulec (Emile Henry), Clarisse Crémer (TBS). Yannick Le Clech (Dragobert) auteur d’une trajectoire tendue le long des côtes de Galice, affiche une belle vitesse pour chiper la dernière place du podium à Clarisse.

Tout ce petit monde va donc mettre le clignotant à gauche dans la journée et défiler le long des paysages hiératiques des côtes de Galice. Le vent devrait les accompagner plusieurs jours durant. Au programmes, surfs endiablés, départs en vrac, grosses chaleurs et moments de plaisirs intenses. On n’est encore qu’en haut du toboggan, l’objectif est maintenant d’arriver en bas en parfait état. Pour se faire plaisir, il faut savoir garder la tête froide.

PFB