On dirait le sud…

13 11

11:15

D’ici vingt-quatre heures, va commencer le défilé des solitaires devant la ligne d’arrivée du Marin. Pour tous les solitaires, ce sera l’heure des retrouvailles avec leurs proches, mais aussi ce sentiment terrible d’une belle aventure qui se termine. Pas tout à fait, puisqu’il restera encore l’arrivée des copains à fêter, une belle manière de prolonger l’histoire.

 

Il ne reste plus qu’un peu moins de 300 milles à parcourir pour Ian Lipinski (Griffon.fr) qui devrait s’annoncer à hauteur de l’îlet Cabri, la pointe sud de l’île, demain la soirée (heure française). Sauf incident de dernière minute, ce sera suffisant pour contenir la remontée de Jörg Riechers (Lilienthal) qui a eu raison de croire jusqu’au bout dans son option sud puisqu’il pointe maintenant à 90 milles du leader. Derrière ce duo, Simon Koster ‘Eight Cube Sersa) et Andrea Fornaro (Sideral) devraient eux aussi franchir la ligne d’arrivée avant que le ballet des bateaux de série ne commence.

Erwan Le Draoulec (Emile Henry) est toujours nanti d’une belle avance sur le reste de la flotte. Il paraît particulièrement bien placé pour l’emporter. Pour la première fois dans l’histoire de la Mini-Transat, ce serait le benjamin de l’épreuve qui empocherait la timbale. Clarisse Crémer (TBS) continue quant à elle de résister aux assauts d’une meute de prétendants au podium. Hier, on pouvait penser que Tom Dolan (offshoresailing.fr) était le mieux placé pour lui voler cette place de deuxième. Force est de constater que le retour flamboyant de Tanguy Bouroullec (Kerhis Cerfrance) modifie la donne. Pointé à 11 nœuds, avec un meilleur angle pour rallier la Martinique, il devient une menace pressante. ​​​​​​​